Mémoire

andrée-haas

Sans héritiers directs, le couple décide de vouer sa fortune à des causes animées par une vision humaniste.
Sur son lit de mort en 1985, Pierre réitère à son épouse sa volonté de répartir intelligemment leur argent et son désir de voir son nom se perpétuer. Andrée honorera la volonté de son mari en laissant à ses hommes de confiance (les membres du conseil de fondation) le soin de créer, du temps de son vivant, une fondation éponyme. Andrée s’éteint à Genève en 2017. Pierre et Andrée Haas laissent à la postérité un héritage que la Fondation s’attache à faire fructifier, dans le but de le partager selon la volonté des défunts.

Retour haut de page